TÚlÚcharger au format pdf

Hypnos, Esthétique, littérature et inconscients en Europe (1900-1968)

Compte rendu par Catherine DUFOUR

© Mélusine, 01/2011

Le colloque intitulé Hypnos, Esthétique, littérature et inconscients en Europe (1900-1968) et l’exposition Hypnos - Images et inconscients en Europe (1900-1949) ont été pris en charge conjointement entre mars et juillet 2009 par le Musée d’Art Moderne Lille Métropole. Les actes du colloque, réunis et présentés par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Nicolas Surlapierre, ont été publiés aux Éditions L’improviste en 2009, accompagnés d’une postface proposant des vues de l’exposition. Ils se subdivisent en cinq grands chapitres.

THÉORIES DE L’INCONSCIENT EN EUROPE

Le premier chapitre s’ouvre sur une proposition méthodologique d’étude de l’inconscient dans la littérature par Sébastien Hubier. Anne Boissière analyse ensuite les réticences de Theodor Adorno vis à vis de Jung et Tanguy, Wuillème celles de Ernst Bloch vis à vis de Freu d. Michaela Niculescu enfin met en évidence les ambivalences théoriques de la psychanalyse.

Pour étudier l’inconscient dans la littérature, S. Hubier (« Réalités psychiques, réalités anthropologiques : la place de l’inconscient dans un comparatisme renouvelé ») propose de croiser les approches culturelle et psychologique à la manière de l’ethnopsychanalyse (Devereux). Il juge stérile l’étude des sources et des thèmes littéraires envisagés en tant que tels et en fait une brillante démonstration à partir de quelques grandes figures de la littérature et du cinéma (Frankenstein, Dracula, Alien) qui ne sont analysées ni à partir de thèmes (le mort vivant, la créature artificielle), d’images, de motifs (le froid ou le brouillard), ni de procédés artistiques, mais grâce à des structures inconscientes qui renvoient à la fois au psychisme individuel, aux conflits sociaux et aux représentations culturelles.

A. Boisière (« Les retombées du clivage Freud / Jung : l’image de rêve entre Theodor Adorno et Walter Benjamin ») constate la faible place occupée par Jung, contrairement à Freud, dans les réflexions sur l’art articulées aux théories de l’inconscient. En analysant la dizaine de lettres (1934-1937) dans lesquelles Adorno interpelle Benjamin sur la notion - sous-jacente dans Le Livre des Passages - d’images collectives porteuses d’utopies, elle met en lumière la méfiance d’Adorno vis à vis de Jung. Au regard du strict freudo-marxisme du philosophe, l’idée d’utopie se rapprochait dangereusement de la conception jungienne du rêve et d’une innéité supposée des images dans le psychisme. Un tel parti pris biologique, détaché de l’histoire individuelle, relevait pour lui d’un romantisme réactionnaire trahissant le désenchantement freudien. Benjamin pourtant, même très intéressé par Jung, ne pouvait être suspecté d’en avoir subi l’influence directe…

L’inconscient n’est pas universellement accepté en Europe. T. Wuillème (« Subvertir l’inconscient : pour une esthétique utopique / Ernst Bloch) rappelle qu’au lendemain de la première guerre mondiale certains philosophes héritiers des Lumières (Husserl, Croce ou Cassirer) tentent de contrecarrer la montée des irrationalismes et de refonder la Raison. Ernst Bloch quant à lui propose une voie originale (L’Esprit de l’utopie, 1918) : jugeant régressives les théories de l’inconscient, il leur préfère la théorie du « non encore être» définie comme une tension nourrie par le rêve diurne pour concevoir un avenir meilleur. L’expressionnisme est à ses yeux la meilleure réponse à cette aspiration – supérieure à celle de ses héritiers : le surréalisme et la Nouvelle objectivité - car il sait extraire une énergie messianique des forces de décomposition. La musique, dégagée de l’illusion des images, est l’art qui restitue le mieux la vitalité du « non encore conscient ». Fidèle à Kant, « l’étoile polaire de toute utopie », Bloch récuse les visions négatives du monde.

M. Niculescu (« L’autorité dans l’hypnose et l’avènement de la performativité ») synthétise certaines ambiguïtés de la psychanalyse : celle-ci prétend évacuer les mécanismes d’influence, à commencer par l’hypnose, pour en instituer de nouveaux comme le transfert, lieu de toutes les séductions entre théoriciens de la psychanalyse, patients et psychanalystes. L’implication très personnelle de Ferenczi dans le drame familial de ses patients ne contredit-elle pas la revendication de la psychanalyse comme science - en réaction contre le spiritisme - et comme quête d’un sujet libéré de toute emprise ? Et que dire de l’histrionisme vaticinant de Lacan postulé à la fois comme vérité et mise en scène parodique de l’impossibilité de savoir ?

TOPIQUES EUROPÉENNES

Ce chapitre visite les variations des théories de la névrose en Europe, sous l’influence des nouvelles technologies (Jean-Christophe Valtat), des contradictions entre les théories de l’inconscient et des résistances scientistes ou magiques à ce nouveau concept (Ruggero Campagnoli et Cécile Kovacshazy). Deux auteurs, Éric Lysøe et Cécile Wolff nous parlent plus précisément de l’impossible maîtrise des pulsions dans quelques ouvrages phares du début du siècle : L’Autre côté (A. Kubin), Le Château (Kafka), Le Golem (Meyrink).

Faut-il penser comme J.-C. Valtat (« 1895 – Freud, Strindberg, Schreber : appareils psychiques et machines à influencer ») que « le paranoïaque a réussi là où Freud a échoué » ? Tandis que Freud en effet élaborait en 1895 une théorie de l’appareil psychique, les délires paranoïaques de certains écrivains s’emparaient explicitement des nouveautés technologiques : machines électriques persécutrices chez Strindberg (Inferno, 1897) ou « branchements de nerfs » sur Dieu chez Schreber. Ces auteurs connectaient leur écriture aux réseaux ferrés, électriques, téléphoniques… éléments désormais inséparables des perturbations mentales, alors que Freud ignorait les spécificités de la technique moderne au profit de la seule « scène de l’écriture».

On voit que beaucoup d’œuvres du début du XX ème siècle sont saturées d’inconscient freudien. Mais concernant l’une d’entre elles, Le Mariage de Don Quichotte de P.-J. Toulet (1902), R. Campagnoli (« Le Don Quichotte de Paul-Jean Toulet et la phobie de l’inconscient ») se demande quelle en est la part d’ironie, tant les névroses de ses personnages, empreintes de « charme poétique », ne ressemblent pas à celles qui prolifèrent dans la littérature moderne. Publié en plein débat entre rationalisme et irrationalisme - deux entrées contradictoires possibles dans la Traumdeutung de 1900 - son Don Quichotte rejette la psychanalyse comme science au bénéfice d’une psychanalyse comme art caché dans les replis du symbole. L’« irrationalisme poétique » de l’auteur ne cadre ni avec le scientisme de l’inconscient freudien, ni avec les théories positivistes des médecines du cerveau. P.-J. Toulet est résolument du côté de l’âme, en dépit d’une préface où il semble réduire son Don Quichotte à un plaisant aventurier ayant renoué avec la raison.

En matière d’inconscient, le cas de la Hongrie est tout à fait particulier. Cécile Kovacshazy  (« Les écrivains hongrois et la psychanalyse ») retrace les circonstances historiques, politiques et culturelles particulières qui ont favorisé un accueil exceptionnel de la psychanalyse à Budapest, sa seconde patrie, sous l’égide de Ferenczi, fils spirituel de Freu d. Littérature et psychologie des profondeurs sont intimement liées, chez trois auteurs au moins : Kosztolányi intègre Freud et Ferenczi dans ses romans et nouvelles (« Le Cigare de Freud », 1918) ; M. Babits lui s’inspire davantage des Français Janet ou Ribot (Les Maladies de l’âme), de Schopenhauer ou Bergson, en partie à cause de la traduction tardive de La Tramdeutung en Hongrie (1935) ; Karinthi, admirateur et critique de la psychanalyse, met en scène un double parodique de Frenczi dans une de ses nouvelles (« Chez le psychiatre », 1912) et son dernier roman, Voyage autour de mon crâne (1937), s’appuie plus sur la science que sur les associations libres. Mais parallèlement à l’inconscient, le « délibáb » prospère, cette « pensée magique » très éloignée de la modernité, théorisée par Ferenczi lui-même et prisée par le très moderne Gyula Krúdy. Les thématiques du moi, encore très florissantes dans la littérature hongroise d’aujourd’hui, se sont donc forgées au carrefour de la psychanalyse, d’un naturalisme hongrois très fin siècle et d’une modernité d’inspiration française (incluant l’égotisme de Remy de Gourmont).

D’après Éric Lysøe (« Escapades aux pays de l’Inconscient : l’arpenteur et le proscrit ») , le motif de la ville au XX ème siècle remplace celui de la forêt très fréquent au XIX ème pour figurer l’inconscient. Dans plusieurs romans, ces villes sont parcourues par un couple antithétique : l’arpenteur et le proscrit. L’Autre côté (1909) d’A. Kubin est un étrange voyage initiatique qui dit l’impossibilité de baliser un univers dont le chaos (les pulsions) menace les lisières et les fondations. Dans Le Château (1926) de Kafka l’arpenteur K. perd ses repères dans une ville indéchiffrable. Epépé de Karinthy revisitera ce thème en 1970, sous les traits d’un géomètre dépassé par une ville dont il ne maîtrise pas la langue, bien que polyglotte. A l’inverse de l’arpenteur, le proscrit (le malade, le fou, la pulsion) impose sa loi. Dans Le Golem de Meyrink (1915) les significations sont évidentes : l’arpenteur c’est le malade et le proscrit c’est le psychanalyste, sur fond de chaos souterrain dans la ville de Prague et d’énigme de la lettre kabbalistique retournée (le yod en aleph), symbole de « l’autre côté » du monde. Dans Neun und neun (1922) de Leo Perutz le héros parcourt les rues de Vienne menottes aux poignets, ayant « abandonné toute volonté à une puissance étrangère dont on apprendra à la fin qu’elle n’est autre que la sienne ». Dans ces romans, les livres (l’écrit, la lettre) sont les catalyseurs du dévoilement des pulsions. Mais, comme le signifiait déjà l’espace du Dr Caligari, « les mots nous manquent pour parler de ça - du Ça».

Après avoir souligné les affinités thématiques entre Schopenhauer et Freud, qui connaissait Le monde comme volonté et représentation, C. Wolff (« Aux origines de l’inconscient, une esthétique de la contemplation ») observe à son tour les manifestations de l’inconscient dans Le Château, Le Golem et L’Autre Côté. Nourris de littérature fantastique et de décadentisme, imprégnés du pessimisme métaphysique de Schopenhauer et très influencés par l’« inquiétante étrangeté » freudienne ou la « psychologie des profondeurs » de Jung, ces trois romans ont en commun une atmosphère de « terreurs primordiales » et des protagonistes dont la conscience vacille, impuissants à organiser un réel qui leur échappe. Chez Kafka, les frontières labiles entre le rêve et la réalité, les épisodes régressifs, les pulsions archaïques, les libres associations narratives sont les symptômes d’un psychisme infantile tandis que le chaos de l’Empire du Rêve imaginé par Kubin est dominé par un dictateur qui incarne peut-être la pensée d’Alfred Adler. Mais malgré leurs ressemblances, ces toiles d’araignée que tisse l’inconscient autour des humains (selon la métaphore de Breton à propos de Kafka dans son Anthologie de l’humour noir) adoptent des configurations particulières selon les écrivains : chez Kafka on n’en sort pas, chez Meyrink et Kubin « le récit ‘onirique’ est enchâssé dans un autre récit », qui s’apparente chez l’un (Meyrink) à la contemplation esthétique libératrice inspirée de Schopenhauer tandis que chez l’autre (Kubin) domine l’idée de « l’impossibilité de l’homme à se détacher du principe de volonté ».

 FUTURISME, DADAÏSME VERSUS SURRÉALISME

Tania Collani, Henri Béhar et Anne-Elisabeth Halpern ont tenté d’éclaircir les liens entre la psychanalyse et les trois grandes avant-gardes du début du XX e siècle : futurisme, dadaïsme, surréalisme. Georges Sebbag s’est intéressé à une autre forme d’écriture du délire et de la subversion : celle de l’inclassable W. Gombrowicz.

T. Collani (« Automatisme et contrainte créative de Marinetti à Breton ») rappelle la fascination exercée sur les mouvements d’avant-garde par l’automatisme, objet d’étude privilégié des psychiatres de la seconde moitié du xix e siècle (Charcot, Janet et Clérambault), que ce soit l’automatisme ambulatoire qui donnera Le Paysan de Paris, Les Dernières Nuits de Paris (Soupault), La Liberté ou l’amour ! (Desnos) et La Ville charnelle ou L’Alcôve d’acier (Marinetti) ou l’automatisme verbal (jeux de mots spontanés et nonsenses divers chez Clérambault mais aussi chez Freud dans Le Mot d’esprit et sa relation avec l’inconscient en 1905). Pour cela, T. Collani fait un détour par les nombreux écrits des psychiatres et médecins aliénistes italiens de la fin du xix e qui avaient relié la notion d’automatisme pathologique à celle d’inconscient. Chez les futuristes, l’automatisme est associé à l’objet, à la vitesse, aux machines, à la matière elle-même, à la modernité et la psychologie ne les intéresse pas autant que la « physicofolie » des automatismes de music-hall : il faut détruire le « Je » dans la littérature proclamait Marinetti. Chez les surréalistes c’est le contraire : « l’automatisme psychique pur » de Breton émane du sujet, de la pensée et des mots. C’est la spontanéité médiumnique et prophétique de L’Amour fou ou des Vases communicants (1932). Dans ces deux avant-gardes toutefois le poète s’est « effacé devant sa mission de passeur des vibrations du monde moderne ».

H. Béhar (« Dada est un microbe vierge, la psychanalyse une maladie dangereuse ») fait remonter historiquement… jusqu’à Locke la fascination pour l’incohérence, qui ne date pas de Dada comme on pourrait le croire. La « salade de mots » proférée par Tzara à Zurich, au nom d’une logique qui exclut la non-contradiction, se rapproche des aberrations du rêve. Par leur spontanéité verbale (cris, chahuts), les dadaïstes voulaient aussi parodier la guerre… Mais leur quête de l’incohérence verbale ne relève-t-elle pas avant tout d’un procédé esthétique majeur de la modernité : le collage ? Et les poèmes polyglottes et aléatoires du trio Arp-Serner-Tzara ne sont-ils pas la première forme de l’écriture automatique ? L’inconscient n’intéresse pas beaucoup les dadaïstes zurichois : la psychanalyse est tournée en dérision par Tzara - bien loin de se douter qu’il ferait en 1935 avec Grains et Issus une riche synthèse entre Freud et Jung - ou par Sophie Taueber et ses marionnettes parodiques du Roi Cerf. En Allemagne deux tendances coexistent : certains dadaïstes se réclament de la psychanalyse (Otto Gross et plus tard Huelsenbeck) tandis que d’autres la condamnent en tant que science bourgeoise (R. Hausmann, La Psychologie de la politique). Freud pour sa part ne s’est pas exprimé sur Dada et C.-G. Jung, qui vit en Suisse, considère les dadaïstes comme les adeptes d’une « magie noire » artistique. Tout cela est bien compréhensible : l’inconscient n’a pas grand sens en dehors du cadre de la cure et les lois du hasard ou de l’automatisme ne sont pas les associations libres. À l’inverse de Dada, le surréalisme parisien semble à première vue passionné pour les débats psychiatriques de son temps. Mais avec Les Champs magnétiques, Soupault (influencé soi-disant par Janet) et Breton (lecteur de Hesnard par qui il a découvert les associations freudiennes au Centre neurologique de Saint-Dizier pendant la guerre) font œuvre d’innovation esthétique plus que de pédagogie psychanalytique. L’ambivalence de Breton vis à vis de Freud n’est d’ailleurs plus à démontrer. L’écriture automatique ne vient-elle pas finalement avant tout de William James et du spirite Allan Kardec ? Les séances de sommeil hypnotique de Crevel, lui-même initié par une voyante, n’en sont-elles pas une preuve de plus ?

Comme H. Béhar , A-E Halpern (« Jung, Gross et Jung : trois inconscients pour un Dada ») a recherché dans les écrits de Tzara des signes susceptibles de désigner l’inconscient comme modèle du chaos zurichois. Mais Freud n’est aux yeux du fondateur de Dada qu’un défenseur « abruti » de l’ordre bourgeois. Tous les dadaïstes iront dans ce sens. Malespine en 1925 réduit la libido freudienne à une variante de l’être (Spinoza), du vouloir (Schopenhauer), de l’élan vital (Bergson), tandis que les rêves sont réduits à des « cénesthésies » (voir Michaux) plus intéressantes comme réservoirs d’images que comme expression du refoulement. Le « présentisme » de Picabia dans les années 20 fait fi de l’obsession du passé. Hausmann se réfère à des influences antérieures à Freud pour justifier l’onirisme de ses poèmes phonétiques ou de ceux de Schwitters. Même chose chez Ball. Trois théoriciens de l’inconscient ont finalement intéressé les dadaïstes : C.-G. Jung (qu’appréciait Tzara), Otto Gross (analysé par C.-G. Jung) et Franz Jung (dadaïste formé par Gross). On trouve des influences jungiennes dans les marionnettes de S. Taueber et chez Huelsenbeck, qui en tant que psychanalyste aux États-Unis élabora sa propre théorie de la sexualité (Sexualité et Personnalité, 1959). Pourfendeur de la psychanalyse (après la seconde guerre mondiale dans Palissandre et Mélasse), Hausmann renvoie dos à dos Freud et Jung et se fait l’apologiste de la pensée d’Otto Gross, récusant le complexe d’Œdipe au profit d’une théorie des pulsions comprises comme leviers de la Révolution… bien utiles à Berlin en 1920. Franz Jung invente une nouvelle « psychologie destructive » antipsychanalytique en guerre ouverte contre les institutions répressives, familiales, sociales, religieuses. Celle-ci a eu beaucoup d’influence auprès des dadaïstes allemands grâce à la revue Dir freie Strasse . Johannes Baader, dadaïste mystique et délirant est l’incarnation vivante de cet inconscient anarchique irréductible à un quelconque trauma. Mais Dada au final a préféré à toutes ces théories les pratiques (hasard, automatisme) permettant d’accéder aux forces créatrices profondes, ce que Hans Richter a appelé l’« anti-art ».

Le monde selon Gombrowicz, partagé entre les Verts et les Mûrs, est-il dada ? L’article de G. Sebbag (« Witold Gombrowicz ou la séduction des âges ») permet de se poser la question : les Mûrs sont séduits par la beauté physique des Verts et grâce à leur supposée intelligence s’acharnent à réaliser une « cuculisation » des jeunes, prémisse de l’« immaturité » adulte. En congruence avec la guerre que se livrent entre elles les parties du corps, les Mûrs façonnent « une gueule » aux Verts, défigurés par les stigmates de l’endoctrinement culturel et de la bêtise. Les Mûrs s’en prennent aussi au cul des Verts, non au sens du coup de pied dans les fesses de l’autorité traditionnelle, mais au sens de la soumission au cucul. À cette division des âges et des corps se superpose un clivage social en résonance avec les vieilles dominations féodales. Mais le narrateur de Ferdydurke (1937), viscéralement apolitique, ignore la lutte de classes et la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave. Ne nous y trompons pas : l’exaltation hystérique de le jeunesse (que l’on retrouve dans les manifestes marinettiens), son « érotisme de la salle de bain » adulé par les surréalistes, et sa collusion avec les avant-gardes sont des « machines de guerre » mortifères inventées par des adultes. Car tout chez Gombrowicz se retourne ironiquement contre soi-même et rend aveugle et sourde la relation entre les Verts et les Mûrs : « plus la beauté [des Verts] est omnipotente plus elle est impotente », de même que, du côté des Mûrs, « plus c’est intelligent plus c’est bête ». Que les intellectuels de gauche qui ont utilisé leur intelligence pour s’aveugler se sentent visés ! G. Sebbag conclut que c’est malgré tout la beauté qui prédomine sur l’intelligence, comme le prouve notre monde où les valeurs adultes de l’intelligence responsable ne sont rien au détriment de « ce bateau ivre de la beauté » qui entraîne jeunes et vieux dans une même spirale ridicule.

L’ART DE L’INCONSCIENT

Catherine Steinegger, Fabrice Flahutez et Greta Komur s’intéressent à trois supports esthétiques privilégiées de l’expression de l’inconscient : le monodrame expressionniste de Schoenberg, la tache d’encre pliée de Duchamp et les retournements du langage.

Erwartung [Attente] est un monodrame de Schoenberg composé à Vienne en 1909 en pleine effervescence culturelle. Après avoir analysé les liens très étroits des écrivains et artistes de cette époque avec la psychanalyse, Catherine Steinegger (« L’inconscient à travers le monodrame Erwartung d’Arnold Schoenberg ») se consacre à Erwartung, œuvre onirique contemporaine de la Traumdeutung. Le thème de l’attente renvoie à la problématique de l’angoisse exposée dans Inhibitions, symptômes, angoisses de Freu d. L’expressionnisme de l’œuvre se traduit par un discours perpétuellement « suspendu » qui reproduit « le fil embrouillé » de la pensée et les « soubresauts de l’inconscient » reflétés par la musique atonale. Cette œuvre est une illustration magistrale de l’esthétique du cri. Une femme en proie aux tourments d’amour chemine dans une forêt et y découvre le cadavre de son amant. Cette traversée chaotique est une métaphore évidente de la cure psychanalytique et la femme en proie à des hallucinations une incarnation des figures féminines étudiées par Freud dans ses Études sur l’hystérie. La thématique de l’errance renvoie au topos de « l’éternel wanderer » du Romantisme allemand, dans une ambiance prémonitoire des apocalypses futures.

F. Flahutez (« Marcel Duchamp et Jacques Lacan : réception de Hermann Rorschach en France / 1934) analyse deux dessins à l’encre de Duchamp, dont la tête d’animal à cornes qui orne la quatrième de couverture de la revue Minotaure n° 6 (1934) : la technique utilisée y est celle de la tache d’encre de chine pliée, à la manière du test de Rorschach (1921), Duchamp ayant affiné au pinceau les formes ainsi produites et leur ayant ajouté deux cornes. Après avoir quelquefois mentionné cette méthode, Breton en 1954 relève pour la première fois le véritable intérêt de ce travail, presque kandinskien dans le sens d’une quête qui réunit l’abstrait et l’inconscient. Mais malgré cet exemple, la psychologie projective de Rorschach a peu intéressé le surréalisme. F. Flahutez se livre donc à une investigation approfondie des lectures de Duchamp pour savoir d’où lui venait sa connaissance de Rorschach : il retient finalement le n° 3/4 de L’Encéphale (1934), revue de psychiatrie qui paraît depuis 1906, et dans laquelle écrit depuis 1928 un certain Dr Lacan, collaborateur du Minotaure, commenté par Crevel dans Le Surréalisme au service de la révolution . Dans ce numéro de L’Encéphale, on trouve de longues analyses de Marcel Monnier sur les soubassements thérapeutiques et surréels du test de Rorschach. L’intérêt de Duchamp pour ces taches est un moment crucial parce que dans ce « psychogramme » le regardeur « est un acteur du contenu ». Ses deux dessins, « à mi-chemin entre automatisme, test de Rorschach, masque et tache, interrogent à la fois la psychanalyse et l’esthétique ». La dimension « hypnotique » qui en résulte met en jeu des « images plurielles » et produit un « ready-made aidé » par association d’un pliage aléatoire avec l’ajout volontaire d’un détail. Cette forme de création est plus riche encore que les « images doubles » de Dali par sa production d’un délire imaginatif. Ce combiné de lacanisme et de conception des images comme « actes de l’esprit » - et non plus simples perceptions passives - caractérise le Duchamp de 1934.

G. Komur (« Sens ‘’opposé’’ des mots : un débat entre psychanalyse et linguistique ») s’intéresse aux sens pluriels des mots. Elle part de la constatation de Freud selon laquelle une même image dans un rêve pouvait signifier deux choses exactement inverses. Or il se trouve que cette constatation recoupait certaines analyses du linguiste Karl Abel tendant à démontrer (1884) que le même signifiant dans les langues archaïques pouvait renvoyer à des signifiés opposés. Freud en 1910 croit voir chez Abel « la confirmation d’un rapport étroit entre le processus du rêve et la sémantique des langues primitives » et la possibilité que le rêve soit « l’héritage d’une langue primitive». Hélas bien des travaux linguistiques ultérieurs (Benveniste, Frege) ont démontré les aberrations épistémologiques des raisonnements de K. Abel. En effet, renvoyer schématiquement un même signifiant à des signifiés contraires, c’est oublier que le signe dépasse le simple signifiant (Saussure) et confondre les notions de signifié et de référent, autrement dit réduire toute la complexité de la relation entre un signifiant et ses réseaux de significations, sans cesse modifiée par les champs de réalité concernés et le rapport au monde de l’énonciateur. Seule cette complexité permet de comprendre « que les mêmes mots peuvent servir plusieurs fois pour désigner des référents appartenant à différents domaines de réalité ». C’est pourquoi G. Komur, en exergue de son article, cite une phrase du Second manifeste de Breton rappelant « qu’il existe un certain point de l’esprit » d’où les contraires (vie / mort, réel / imaginaire, passé / futur, etc.) « cessent d’être perçus contradictoirement » .

LA GUERRE ET SES REFOULÉS.

Florence Fix, Anna Soncini Fretta, Michel Arouimi et Jean-Dominique Poli se consacrent à trois expressions cryptées de l’inconscient en temps de guerre : la scène théâtrale, le rire, l’écriture du rêve. Tandis que Régine Battiston et Alexandre Prstojevic tentent une lecture psychanalytique de quelques grands romans issus de la Seconde Guerre mondiale.

F. Fix (« Le bonhomme de neige et la statue : paralysie de la mémoire chez Hofmannsthal et Horváth  ») oppose deux œuvres qui utilisent la scène de façon tout à fait différente pour démasquer les refoulés traumatiques de la Grande Guerre. Dans L’Homme difficile de Hofmannstahl (1919) qui emprunte sans doute à Jung son analyse de la névrose post-traumatique, la scène permet au héros de dépasser le conflit conscient/subconscient pour devenir adulte. Hanté par un souvenir d’enfance cauchemardesque mais opaque réactivé par l’horreur des tranchées, il dissout sa névrose dans le mariage et l’adaptation sociale. À l’inverse, le héros de Horváth dans Don Juan revient de guerre (1936) s’effondre au retour du front en apprenant la mort de sa fiancée et, métamorphosé en bonhomme de neige, se laisse mourir sur sa tombe : ici la scène théâtrale consacre le triomphe du subconscient. Paradoxalement vouée à une femme unique conformément aux analyses du mythe par Otto Rank (L e Personnage de Don Juan, 1922), le héros de Horváth est en réalité anéanti non par la guerre en tant que telle mais par la grande crise économique et morale des années 1920. Il finit seul, dissout dans le néant de la matière, victime d’une inflation du moi et des valeurs comparable à celle des marks en 1929. Horvath a-t-il voulu représenter à travers lui une humanité médiocre antithétique de la virilité brutale des mythes nazis des années 30 ? Quoi qu’il en soit, son personnage est à l’image de la décomposition d’une nation et d’une individualité diluées dans la crise économique après avoir été pétrifiées dans la boue des tranchées.

Tout à fait à l’opposé, Anna Soncini Fratta (« Se rire de la guerre en Belgique : quand l’inconscient et la conscience se relaient ») a choisi de questionner le rire de guerre, quand il ne s’agit ni du rire traumatique (souvent hystérique) ni du rire lié à un idéal déçu. Son étude est consacrée à la « zwanze », qui se rattache au mot allemand « schwanz » (la queue) ou aux « Schwanzen » de Hoffmann (les contes de queue de cochon) et désigne un type de plaisanteries typiquement bruxelloises riches en significations psychanalytiques. Ivres du plaisir de la liberté et douées d’une coloration affective spécifique, ces historiettes ont coûté parfois la vie à leurs auteurs dans la Belgique occupée. La « zwanze » a quelque chose à voir avec le Poulbot français, mais le Poulbot n’a pas suscité la vengeance allemande, alors que la zwanze a été un « instrument de guerre ». L’auteur en analyse les soubassement inconscients à la lumière de Freud (Le Mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient) et des concepts de « condensation et déviation » et souligne son ampleur dans les romans qui ont la guerre pour toile de fon d.

On ne rit guère avec M. Arouimi (« L’oniromancie poétique : Ramuz et Jünger ») qui nous entraîne dans les eaux nauséabondes des rêves de guerre racontés par Ramuz et Jünger dans leurs journaux intimes, témoignant d’une brutalité mêlée à des préoccupations mystiques (chez Ramuz : le Cercle, l’Un, la société envisagée comme «fragments d’un miroir brisé »). L’auteur étudie d’abord « la clef des guerres » dans un rêve de Ramuz (15 mars 40) parcouru par des symboles dualistes, des allégories négatives croisées et des chiasmes qui se résolvent en Unité alchimique. La Foire, une nouvelle de 1944, témoigne de l’obsession d’un « double-bind » mortifère et fécond à la fois résultant d’un conflit infantile. « Les avatars du Père mythique » sont à l’origine des perturbations endurées par le sujet et, plus, par la société elle-même, lieu d’une purgation sacrificielle - comme chez René Girard – nourrie par la création artistique. Sous-jacente à ce rêve aux significations bibliques complexes et à aux accents rimbaldiens se lit la terrible Unité des victimes et des bourreaux. En 1940 Ramuz relate sans détour une vision qui préfigure les camps d’extermination. La vision du sacrifice et l’accès au divin relèvent d’un même processus... et l’acte littéraire, « démoniaque », participe de l’autodestruction de la civilisation. L ’auteur analyse de même une série de rêves de Jünger placés sous le signe de « la grâce des bombes ». Ces rêves architecturaux et gothiques conjuguent l’idée d’Harmonie et la déportation des Juifs. Le « don de double vue » et la « vocation cathartique » de l’art renvoient à la cruelle alchimie du verbe d’Une saison en enfer et aux thèmes picturaux renouvelés du début du XX ème siècle. Le serpent, issu de traditions chères à Jünger, occupe dans ses visions (cauchemardesques ou extatiques) une place essentielle au rythme du flux et du reflux du Verbe. Le symbolisme animal (les tortues) ou celui des couleurs (le vert, le gris) en constituent des éléments essentiels. Mais l’aspiration vers la totalité (rêves d’îles, de jardins édéniques et d’animaux) ne se déploie que pour s’anéantir au milieu de bombes bien réelles. Les visions prophétiques mêlent la guerre et l’agneau mystique en une « confusion des ordres et des espèces » et enfantent une « beauté suspecte » qui transforme le soleil en « interprétation onirique de l’explosion des bombes ». Le fonds biblique, mythologique et psychanalytique de ces rêves est inépuisable, comme l’atteste un rêve de « double-bind » (1942) où apparaît un Père sexuellement tout puissant, violent et dérisoire, qui rapproche Jünger de Kafka.

La lecture de J.-M Poli (« Surgissement de la figure d’Hypnos et création artistique dans la poésie de René Char ») nous propose une tout autre écriture du rêve en temps de guerre, sous la forme poétique et humaniste des écrits de R. Char. Hypnos, fils de la Nuit et dieu du Sommeil dans la cosmogonie d’Hésiode, a été chez le poète résistant un symbole d’inspiration essentiel. Ses Feuillets d’Hypnos (1946) font alterner des moments de retraite féconde, de douloureuses élaborations souterraines et de promesses de Renaissance. La nuit y est présente sous deux formes antithétiques : l’hypnose pétrifiante des ténèbres hitlériennes opposée à l’Hypnos protecteur, « lieu des origines » selon Hésiode. R. Char s’approprie cette figure mythique en tissant des réseaux d’images très concrètes : la lune, le feu, le ciel étoilé, les saisons, la léthargie de l’hiver, les cavernes, « l’enfouissement labyrinthique » et « la germination ». Frère jumeau de Thanatos, Hypnos est en relation avec le monde des aimés disparus qui communique avec les rêves. Hypnos coïncide chez Char comme chez certains Grecs (Héraclite et non Platon) à l’énergie créatrice, au feu, au Verbe. Les peintres amis ou illustrateurs de ses œuvres - Brauner, Braque, Miró - s’inscrivent dans cette exploration de la nuit première et de la nudité féconde. La guerre finie, la poésie peut devenir « la Source aux yeux grands ouverts ».

R. Battiston (« Le mal est toujours là, invisible : La Peau du loup de Hans Lebert ») replace le roman de l’écrivain autrichien Hans Lebert, La Peau du loup, qui fit scandale à sa sortie en 1960, dans une lignée d’oeuvres (celles de T. Bernhard ou E. Jelinek) consacrées à la dénégation des crimes de guerre restés impunis. De retour dans son village un homme découvre l’existence d’un crime collectif refoulé auquel son père a participé. Ce récit, inspiré par des faits réels, se réfère à une vieille croyance paysanne, le loup, symbole du mal, qui fait retour (ici le nazisme). Une pesante atmosphère de décomposition traverse ce roman propice aux évocations sexuelles archaïques et archétypales. Par son fil thématique, l’inconscient collectif, il vérifie les théories de G. Le Bon (Psychologie des foules, 1895) et démasque la violence collective propagée par des chefs sous l’emprise desquels l’individu se défausse de toute culpabilité. Ces phénomènes ont été étudiés par Freud, approfondis par Jung, Reich, Canetti (Masse et puissance, 1960), Marcuse et Adorno, ou encore par S. Moscovici (L’Âge des foules, 1981), E. Fromm, D. Jonas Goldhagen (Les Bourreaux volontaires de Hitler, 1996).

A. Prstojevic enfin (« L’Europe sur le divan ») comparedeux romans (Sablier du serbe Danilo Kiš publié en 1972 et Austerlitz de l’allemand Sebald en 2001) séparés par trois décennies qui permettent de mesurer les changements intervenus « dans l’écriture du désastre ». Le premier relate la fuite de la famille Kiš et les derniers jours passés avec le père avant sa déportation à Auschwitz. L’alcoolisme, l’impuissance, les lubies risibles de ce père déchu atteint de la « névrose de la peur », « maladie endémique de l’intelligentsia juive d’Europe centrale », en font un antihéros de la littérature de la Shoah mais en même temps un témoin prophétique atteint de la maladie de la « lucidité » dans un monde en folie. Constitué de strates géologiques, ce livre veut arracher un monde à l’engloutissement définitif. Le réseau ferré y est l’image obsédante d’une Europe sillonnée par les convois de la mort. Le train joue également un rôle majeur dans Austerlitz : c’est au cours d’un voyage vers Prague, sa ville natale - encore une métaphore de la cure psychanalytique - que le héros accède au trauma refoulé : jadis arraché au génocide par ses parents, il avait été envoyé en Angleterre pour y faire une brillante carrière et…oublier. Le motif de la quête archéologique, développé par Freud dans La Gradiva de Jensen, revêt dans ce roman un sens nouveau. L’écriture de la Shoah est passée de l’historiographie scientifique consciente chez Kiš à l’exploration tâtonnante de l’inconscient chez Sebald et imprègne désormais l’inconscient culturel européen tout entier.

Haut de page